Comment se déroule une visite d’un certificateur PEB ?

visite d’un certificateur PEB 

La visite d’un certificateur reste l’étape la plus importante dans la démarche pour l’obtention d’un score PEB. Effectuée en présence du propriétaire du bâtiment à évaluer, elle comprend plusieurs parties distinctes. Voici l’essentiel à retenir sur l’expertise de la performance énergétique d’un logement.

Le certificateur effectue un état des lieux du logement

Dans un premier temps, l’expert fait un tour de l’habitation. Il commence par l’extérieur en constatant l’état général du bâtiment. Son regard porte sur les murs, fenêtres et portes afin de déterminer la conformité aux exigences énergétiques en vigueur. Le technicien procède ensuite à la vérification de l’intérieur en passant par chaque pièce. L’isolation constitue un point parmi de nombreux autres qu’il  contrôle. Il faudra lui permettre de voir les moindres recoins du logement. Son attention est particulièrement attirée par la chaufferie. La visite le conduit au grenier et éventuellement dans la cave de la propriété. Les annexes sont aussi concernées.

L’expertise pour le cas d’un immeuble résidentiel en copropriété

S’il faut évaluer tout un immeuble résidentiel avec plusieurs appartements, la visite demande un peu plus de temps que pour une maison individuelle. L’état des lieux comprend le passage par toutes les pièces. Comme pour le logement personnel, il faudra collecter des données sur l’isolation, la ventilation ainsi que la thermogénie. La production d’eau chaude et d’éventuelles sources d’énergie renouvelable entre dans le compte-rendu. Pour les immeubles collectifs, il est important de transmettre les rapports PEB existants. En effet, certains propriétaires peuvent demander cette expertise à titre individuel, lors d’une vente par exemple. Un certificat partiel de moins de 10 ans exempte son titulaire d’une contre-évaluation. Une signature doit tout de même être faite.

La récolte de données et des preuves acceptables

Outre les constatations visuelles, la visite en vue de la certification PEB inclut la récolte de données mesurables. L’expert fait le déplacement avec divers instruments nécessaires. Il est possible que le propriétaire du logement fournisse des preuves acceptables qui appuient la performance énergétique de son bien. Les factures pour les travaux d’isolation ou d’installation de chaudière moderne sont par exemple recevables. De toutes les manières, l’évaluateur prend toujours la peine de vérifier la véracité des informations qui lui sont fournies. Apprenez-en davantage sur le site adovexenergie.be, le spécialiste de la maison écologique en Belgique.

Pour bien préparer le passage d’un certificateur PEB

Bien qu’il ne s’agit pas d’une activité purement lucrative, la visite du certificateur coûte son prix. Il est important d’en tirer un score de performance énergétique satisfaisant. Le propriétaire d’un logement doit ainsi effectuer certains travaux avant son passage. Ce serait mieux de revoir le vitrage des fenêtres, l’isolation des murs ainsi que des combles. L’augmentation de la surface chauffée serait un bon point lors de l’évaluation. Des tuyauteries détartrées aident à économiser les calories chez soi. Il est aussi nécessaire de prévoir les différentes preuves, en l’occurrence ceux qui rendent la maison beaucoup moins énergivore. Enfin, les données sont intégrées dans un logiciel commun qui détermine l’indice PEB pour toutes les habitations d’une région. Il est quasiment impossible de trafiquer le résultat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *